Boar

Genre : Horreur
Sortie le : 13/04/2018 (01H36)
Réalisateur : Chris Sun
Acteurs : Chris Haywood, Ernie Dingo, Hugh Sheridan, John Jarratt

Dans le rude et magnifique paysage australien vit une bête, un animal de taille étonnante, férocement territorial et animée par un besoin impitoyable de sang et de destruction. Vraiment, n'allez pas dans les hautes herbes !

Bande Annonce : https://www.youtube.com/watch?v=OU_22GESsEc



Critique

Par Jean-Marc Vigouroux - posté le 22/04/2018

Du grand art et du cochon

Attention grand moment de festivalier ! Projeté à minuit-trente en présence du réalisateur Chris Sun (Charlie’s Farm) qui, contre toute attente, annonce qu’il est prêt à boire sa première bière (de sa vie du monde) à la fin de la projection si le public (chaud) reste jusqu’au bout, Boar pourrait faire penser au Razorback de Russell Mulcahy (l’Australie, l’ab/normalité sauvage et, au final, les deux seuls sangliers de l’histoire du film d’horreur – peut-être le même au final !), s’il développait un script digne de ce nom. Au lieu de cela, l’équipe du film dans son entier semble avoir pour consigne de rendre hommage aux nanars des années 80, en y mettant toute leur énergie, candide et aveugle : de la productrice bimbo Chrissy Hulsby présente au BIFFF, filmée goulûment par Lloyd Kaufman himself depuis le troisième rang de la salle, au casting dans son entier qui, entre deux décapitations, cachetonne à l’envi : Bill « The Devil’s Rejects » Moseley, Steve « Mad Max » Bisley ou l’ancien catcheur en retraite Nathan Jones, qui refait le coup du bélier… mais à la bête géante. Mention spéciale au comédien bodybuildé Ricci Guarnaccio, qui est resté sur la scène du BIFFF bien plus longtemps qu’à l’écran (puisqu’il meurt dévoré au bout de quatre minutes-trente), et ce en fuseau moulant, pieds nus dans ses souliers vernis, pour la plus grande hilarité du public taquin du festival. Bref, animatronique pour le sanglier géant – incontestablement la star du film, filmée sous toutes ses coutures – crise de rire panique pour les autres. Respect, donc, pour cette série Z assumée, qui n’oublie jamais que le cinéma est une expérience collective et qui s’offre le luxe (sa meilleure blague) d’être distribuée par Universal.

Jean-Marc Vigouroux

_______________________

Hors Compétition du 36ème Festival du Film Fantastique de Bruxelles (BIFFF)
Remerciements : Jonathan Lenaerts et toute l’équipe presse du BIFFF.